Prise en charge thérapeutique des difficultés qui peuvent limiter l'accès à une sexualité satisfaisante. Perte de désir, éjaculation précoce, trouble de l'érection, douleurs pendant les rapports, vaginisme, troubles de l'orgasme, dyspareunies...

Faire la démarche de prendre un rdv n'est pas simple. Que vais-je dire ? Comment cela va se passer ? Comment vais-je parler de mon intimité? Ces interrogations sont légitimes. En franchissant cette première étape, vous avez commencé à régler votre souci.

Oser en parler est déjà le début de la solution!

Bien souvent, nous avons tendance à croire que la sexualité est simple et naturelle.

Or, vivre sa sexualité de manière épanouissante, laisser son corps s'exprimer, s'abandonner nécessite un apprentissage.

Cet apprentissage peut se réaliser de manière informelle au fil des années et/ou des relations sexuelles, ou nécessiter une aide professionnelle.

Vous pouvez me consulter pour différentes raisons :

1- Une information sexuelle

De nombreuses consultations de sexologie sont des consultations d'information sexuelle. En effet, la sexualité est un domaine dans lequel les idées fausses sont nombreuses.

Souvent, on se demande "suis-je normal" dans mon fonctionnement, dans mes fantasmes, dans mes pratiques sexuelles, dans ma relation de couple...

Aller consulter un sexologue peut permettre de calmer des angoisses et de s'informer sur la question de la normalité (sur la taille du pénis, virginité, masturbation...)
 

Le sexologue a aussi un rôle de prévention : prévention sur les maladies sexuellement transmissibles, questions sur les différents moyens de contraceptions...)

2- Les problèmes sexuels fonctionnels

° Trouble du désir sexuel : un manque de désir ou bien au contraire un excès de désir

° Difficulté d'érection

° Douleurs à la pénétration ou impossibilité d'être pénétrée (vaginisme)

° Ejaculation prématurée ou éjaculation retardée, voire anéjaculation

° Absence de plaisir ou difficultés à atteindre l'orgasme

° Problème lié à l'imaginaire au aux fantasmes

° Addiction à la masturbation et/ou à la pornographie

° Désaccord sur les préliminaires 

3- Des difficultés personnelles ou traumatismes

° Un antécédent d'agression ou de viol

° Un problème de timidité, de confiance en soi

° Des complexes par rapport à son corps

° Des questions liées à l'éducation sexuelle reçue par les parents, les pairs...

De telles difficultés ou événements peuvent avoir des conséquences négatives sur la sexualité.

Dans un premier temps, l'entretien clinique dans un cadre bienveillant et confidentiel a pour but de bien préciser le problème du patient. De quoi souffre-t-il ? Quels problèmes rencontrent-ils ?

Ensuite, le sexologue pose des questions précises sur la vie sexuelle individuelle et relationnelle, actuelle et passée afin d'établir un bilan de développement sexuel.

L'évaluation ne comporte pas d'examen physique mais, si nécessaire, un bilan complémentaire peut être demandé à un gynécologue ou urologue.

Après un diagnostic, dans les cas les plus simples, des exercices sexocorporels et de l'information sur l'érotisme suffisent.

Dans les cas plus complexes, une investigation des attitudes, des croyances, des émotions, de l'identité sexuelle et des interactions conjugales sont en plus utilisées.

Le secret professionnel :

Tout professionnel sexologue ou sexothérapeute se doit de respecter une éthique et des règles de déontologie dont voici les points essentiels :

° Le praticien en sexologie/sexothérapie doit avoir suivi une formation théorique et            pratique approfondie apte à créer une véritable compétence.

Le professionnel doit impérativement s'abstenir de tout geste ou activité à caractère sexuel avec les personnes dont il a la charge. S'il n'est pas médecin, le sexologue s'interdit de pratiquer quelque examen que ce soit sur son patient. Pour ce faire, il doit l'adresser à un médecin.

° Le thérapeute respecte le secret professionnel en ne délivrant aucun renseignement à    des tiers sans l'accord explicite de son patient, à l'exception des cas ou la loi ou un            jugement l'y oblige. En acceptant la prise en charge d'un patient, le                         sexologue/sexothérapeute doit tenir compte des limites de sa compétence et des     moyens dont il dispose dans l'intérêt de celui-ci.

° Le sexologue/sexothérapeute doit faire ce qui est en son pouvoir pour établir une            relation de confiance entre lui et son patient. Il doit respecter les valeurs et                        convictions de celui-ci.

° Le sexologue/sexothérapeute est apte à diagnostiquer ce qui hors champ de ses              compétences et travaille en étroite collaboration avec des médecins spécialisés :              gynécologue, urologue, diabétologue, cardiologue, oncologue et généraliste... afin            d'orienter ses patients vers un autre professionnel pouvant prendre en charge une part    de la problématique.